top of page
Search
  • alafiatogo

Lutte contre les mariages précoces pour l’autonomisation de la jeune fille : un atelier de réseautage pour entreprendre des campagnes de plaidoyer.


Le jeudi 22 février, la ville de Lomé a été le théâtre d'un évènement d'une importance capitale dans la lutte contre les mariages précoces et forcés. Organisé par l'ONG Alafia et financé par L'AWDF (African Women's Development Fund), cet atelier de mobilisation a réuni une diversité d'acteurs engagés dans la protection des droits des femmes et des enfants, ainsi que des représentants des médias locaux. L'objectif principal de cette réunion était de renforcer les campagnes de sensibilisation et de plaidoyer afin de prévenir les mariages précoces, une pratique néfaste qui compromet l'avenir de nombreuses jeunes filles dans la région de la Kara.

Parmi les participants figuraient des autorités administratives et locales, des leaders religieux, des représentants de la société civile, des chefs traditionnels, ainsi que des responsables des médias. Cette diversité de perspectives a enrichi les discussions et a permis d'identifier des stratégies efficaces pour lutter contre ce fléau persistant.

L'atelier a débuté par une présentation de la situation actuelle des mariages précoces, mettant en lumière les conséquences dévastatrices de cette pratique sur la vie des jeunes filles. Des statistiques alarmantes ont été partagées, soulignant la prévalence élevée des mariages précoces dans la région de la Kara, en particulier dans les zones rurales.



Les participants ont ensuite été invités à partager leurs expériences et leurs perspectives sur les moyens de prévenir les mariages précoces. Des discussions animées ont eu lieu, mettant en avant l'importance de l'éducation, de la sensibilisation communautaire et de l'autonomisation des jeunes filles comme des éléments clés de toute stratégie efficace de lutte contre cette pratique.

Des résolutions concrètes ont émergé de ces échanges, notamment l'appel à une action coordonnée entre les autorités locales, les chefs traditionnels et la société civile pour mettre fin aux mariages précoces. Des recommandations spécifiques ont également été formulées, telles que la mise en place de mécanismes de surveillance communautaire pour détecter les cas potentiels de mariages précoces, la sensibilisation des jeunes filles sur leurs droits et l'adaptation des ressources disponibles pour les protéger.



En conclusion, cet atelier a été une étape importante dans la lutte contre les mariages précoces dans la région de la Kara. Il a permis de renforcer les liens entre les différents acteurs engagés dans cette lutte et de définir des actions concrètes pour protéger les droits et l'avenir des jeunes filles. Cependant, il est clair que le chemin vers l'élimination complète de cette pratique reste long et difficile, nécessitant un engagement continu et une action collective de la part de tous les membres de la société.

63 views0 comments

Comments


bottom of page